Peut-on restaurer seul son autorité face à une classe lorsque l’on perd pied à la suite de provocations incessantes et de différentes formes de violence ?
Une équipe pédagogique peut-elle initier et animer un programme de prévention de la violence et de l’incivilité au sein d’un établissement ?

Ce sont quelques unes des questions auxquelles ont répondu les participants à une journée d’étude. Ils étaient québécois, belges, suisses ou français. Pour eux, la réponse est oui, et ils le démontrent par un retour de pratiques et d’expériences.
Une condition cependant : ne pas tout mettre sous une même étiquette.

Il faut vouloir comprendre, être parfois critique sur soi-même, sur des pratiques collectives ou institutionnelles. Il faut aussi savoir être à l’écoute du peuple adolescent.

Cet ouvrage présente des retours d’expériences ou retranscrit des conclusions de groupes de travail de 4 pays francophones.

21,00€